fbpx
Moustache de Dalí (moustache en croc) – Taille et entretient
La moustache Salvador Dali

La moustache de Dalí.

La moustache de Dalí, nommée plus célèbre des moustaches en 2010, est une version plus fine et plus longue (plus excentrique aussi) de la moustache en croc. Les conseils que nous exposons ici sont donc valables aussi bien pour une moustache en croc classique que pour une Dalí.

Ce type de moustache convient parfaitement aux visages plutôt oblongs, aux formes arrondies, mais peut également affiner les traits d’un visage aux angles plus rectangulaires. En somme, l’excentricité convient à tout le monde !

Avant de passer à l’action

La première étape sera bien évidemment de laisser le temps faire son oeuvre. La légende parle d’une pousse minimale de trois mois avant qu’une moustache n’atteigne sa maturité. Durant ce laps de temps, libre à vous de laisser également pousser une barbiche, un bouc ou même une barbe complète, afin de détourner l’attention de cette moustache en devenir, certes déjà pleine d’espoir, mais trop peu fournie pour être fièrement arborée seule.

Vos poils vont naturellement pousser d’une certaine façon et à moins que la génétique ne les ai dotés de super-pouvoirs, ils ne pousseront pas d’eux-mêmes en prenant la forme d’une moustache en croc. Vous devrez donc créer vous-même ce mouvement, à partir de la deuxième semaine de pousse, en utilisant de la cire afin que les poils s’habituent petit à petit à prendre cette forme. N’hésitez pas à prendre votre cire dans votre poche pour en appliquer deux à trois fois dans la journée, notamment au moment des repas afin de dégager l’accès à votre bouche.

Pendant la journée, vous pourrez également utiliser vos doigts pour façonner votre moustache. Un simple geste horizontal, répété régulièrement, aidera vos poils à comprendre le chemin qu’ils doivent emprunter. Un peigne ou une brosse vous aidera dans cette tâche.

Lorsque les côtés seront suffisamment longs, commencez à les entortiller pour obtenir le look “guidon de moto” de la moustache en croc. Si vous optez pour la moustache de Dalí, cette étape ne vous concerne pas car cette moustache présente des angles carrés à la place d’extrémités bouclées.

Aucun poil de votre moustache ne doit être envoyé à la morgue avant l’étape de coupe ! Nous vous accordons une dérogation exceptionnelle pour les plus dissidents qui s’attaquent à vos narines. N’oubliez pas que plus vous résistez à la tentation de couper, plus votre moustache sera belle et fournie ! Ceci vaut aussi pour la Dalí, certes plus fine, mais qui nécessite un minimum de matière à travailler pour obtenir un bon rendu.

La coupe

À partir de la sixième semaine, hourra ! Vous devriez avoir suffisamment de matière pour vous débarrasser de l’encombrement capillaire que constituent la barbiche, bouc ou barbe. Bien sûr, libre à vous de les conserver, une moustache en croc épaisse et bien fournie s’acoquine aisément avec d’autres styles de barbe. En revanche, la fine et délicate Dalí perdra de sa superbe si elle n’est pas seule aux commandes. Peut-être acceptera-t-elle une simple mouche ou une fine barbiche en pointe ?

La moustache en croc

Pour la moustache en croc dite classique, rasez donc ce qui doit l’être puis occupez-vous de votre moustache. Vous avez maintenant l’autorisation de couper, mais pas n’importe quoi ! Seuls les poils récalcitrants doivent être punis. Généralement, ils seront situés sous votre nez et auront tendance à remonter dans les narines. D’autres peuvent apparaître n’importe où sur la moustache et ne pas vouloir rentrer dans le rang malgré tous vos efforts.

Faites donc bien attention à étudier votre moustache et à ne couper aux ciseaux que ces poils nocifs. Surtout, ne coupez pas les poils qui descendent sur vos lèvres. Ceux-ci sont à dompter quotidiennement pour qu’ils épousent la forme ondulante de votre moustache et lui donnent de l’épaisseur. Si vous les coupez, vous aurez l’équivalent d’une coupe mulet en version moustache !

Afin que celle-ci soit du plus bel effet, utilisez également les ciseaux pour couper avec précision les quelques poils qui poussent à la commissure de vos lèvres. La moustache de Dalí ne doit inclure que les poils situés entre le nez et la lèvre supérieure, le reste doit s’en aller.

Une fois la coupe terminée, utilisez de la cire pour remettre en place votre sublime pilosité. Veillez à bien séparer les deux côtés de la moustache. Une belle séparation gauche/droite donne immédiatement un effet appréciable. Reprenez ensuite un peu de cire pour former les bouts de votre moustache en les enroulant afin d’obtenir les fameuses boucles pour lesquelles vous avez déjà préparé le terrain. Tortillez, tortillez, tortillez les bouts !

C’est le moment d’utiliser un stylo ou simplement vos doigts pour enrouler les poils autour afin d’avoir une forme circulaire à la limite de la perfection. À ce stade, faites attention à ce que vos boucles soient symétriques, aient le même diamètre, etc. Les séances d’entortillage précédentes permettent de faciliter la manipulation des poils afin qu’ils acceptent plus aisément d’être façonnés en boucle.

La moustache de Dalí

Pour la moustache de Dalí, les étapes à suivre sont similaires. Cependant, vous aurez plus de poils à couper car vous devrez dessiner de belles lignes de poils droites et fines entre le nez et les lèvres. Il n’existe pas de règles précisant la largeur que doit prendre une Dalí. Commencez donc par raser minutieusement un millimètre au-dessous du nez, puis faites la même chose au-dessus de la lèvre supérieure. Si le résultat vous convient, passez à la suite. Si vous jugez votre moustache trop épaisse, rasez un peu plus en y allant progressivement.

Repérez ensuite la base des poils situés le plus à l’extérieur de votre moustache, c’est ici que vous devrez former l’angle obtus pour faire remonter les pointes. Vous pouvez également décider de raser légèrement les côtés à blanc afin d’obtenir une moustache de Dalí aux bases plus courtes. La cire sera votre meilleure alliée pour faire tenir vos poils de façon rectiligne.

L’entretien

La moustache à croc classique (ou Dalí) requiert un entretien très régulier pour conserver sa superbe.

Dans le cas d’une moustache à croc, le rasage à blanc des zones que vous souhaitez garder vierges peut être réalisé tous les 3 ou 4 jours, voire un peu plus. La Dalí ne peut en aucun cas se porter autrement qu’avec le reste du visage parfaitement glabre : rasage quotidien obligatoire ! Un travail de précision sera nécessaire pour conserver la largeur initiale en re-définissant à chaque fois la ligne horizontale de votre Dalí.

Concernant la moustache en elle-même, vous pourrez utiliser des ciseaux une à deux fois par semaine afin de supprimer les poils rebelles qui tenteront d’outrepasser les règles.

Enfin, comme pendant la pousse, vous devrez poursuivre vos efforts quotidiens pour sculpter votre moustache : remettre les poils en place avec les doigts, entortiller les pointes, utiliser de la cire pour les fixer, etc. Ces étapes devront être réalisée aussi souvent que nécessaire jusqu’à ce que vous estimiez que votre moustache soit bien en place. Diminuez alors progressivement votre rythme de retouche.

Cependant, vous ne pourrez jamais véritablement l’arrêter car les poils continueront de pousser. Vous devrez alors couper les pointes progressivement ou laisser votre moustache prendre de l’ampleur. Cette deuxième solution sera particulièrement pertinente pour les porteurs de Dalí : plus elle est longue, plus belle son allure sera. Ainsi, que vous conserviez votre longueur actuelle ou laissiez grandir votre moustache, les poils devront toujours être guidés un minimum par des gestes réguliers.

Share:

2 Comments

  1. Sylvain Renou 8 janvier 2019 Reply

    Je trouve ton blog très intéressant, tu donnes d’excellents conseils

    • thesapiens 8 janvier 2019 Reply

      Merci pour votre commentaire 🙂

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

TOP

X